Les idées reçues sur la traduction ont la vie dure. Elle ne serait qu’un double dégradé du texte d’origine, il y en aurait forcément une meilleure que les autres… On parle souvent de traduction, lorsqu’elle est au cœur d’une polémique, comme récemment à propos des traductions de la poétesse noire américaine Amanda Gorman. Pourtant, la pratique de la traduction est complexe, elle implique des techniques, mais aussi des échanges et une redécouverte de sa langue à travers une autre. 

Que peut nous apprendre la Bible sur la traduction ? Quels enjeux de pouvoir entourent la traduction ? Traductrices et traducteurs peuvent-iels tricher avec le texte qu’il faut traduire ? Que peuvent apporter différentes traductions au texte d’origine ?


LES INVITÉES 

Claire Placial, maîtresse de conférence en littérature comparée, spécialiste d’histoire et de théorie de la traduction, a travaillé pour sa thèse sur l’histoire des traductions du Cantique des cantiques, traduit épisodiquement des auteurs allemands du 19e siècle.

Sika Fakambi, traductrice littéraire (fiction, poésie, théâtre), lauréate des prix Baudelaire et Laure Bataillon 2014 pour “Notre quelque part” (Zulma, 2014) traduction de “The Tail of the blue bird” de Nii Ayikwei Parkes

et la voix de Lila Simisola ! 


LES RECOMMANDATIONS

La reco de Claire Placial : la filmographie de la réalisatrice franco-israélienne Nurith Aviv et en particulier “Traduire”, sorti en 2011. 

La reco de Sika Fakambi : le film “La Femme aux cinq éléphants” de Vadim Jendreyko, sorti en 2010. 

La reco de Laélia : le livre en quatre tomes “Histoire des traductions en langue française”, collectif (éd. Verdier, 2019) https://editions-verdier.fr/livre/histoire-des-traductions-en-langue-francaise-xxe-siecle/ 


RÉFÉRENCES CITÉES DANS L’ÉPISODE

Les travaux de Claire Placial

Le blog “Langues de feu” https://languesdefeu.hypotheses.org/ (les traducteurs et l’esprit des langues. Tours de Babel et glossolalies)

“« Je suis noire mais/et belle » : parcours d’une métraduction biblique dans l’exégèse et la littérature”, Quaderna, 4, 2018, https://quaderna.org/wp-content/uploads/2018/12/PLACIAL-Je-suis-noire-maiset-belle-DEF-1.pdf

Avec Ch. Chaudet, article-manifeste sur l’enseignement de la littérature en traduction en littérature comparée https://www.fabula.org/colloques/document6611.php 

Notre quelque part, un roman de Nii Ayikwei Parkes traduit par Sika Fakambi : la multiplication des lieux romanesques contre le « point de vue de nulle part »” https://sflgc.org/acte/claire-placial-notre-quelque-part-un-roman-de-nii-ayikwei-parkes-traduit-par-sika-fakambi-la-multiplication-des-lieux-romanesques-contre-le-point-de-vue-de-nulle-part/ 

Les travaux de Sika Fakambi

Gail Jones, Pardon, traduit par Sika Fakambi, Mercure de France, 2008 

Zora Neale Hurston, Mais leurs yeux dardaient sur Dieu, traduit par Sika Fakambi, Zulma, 2018

Sonia Sanchez, Prochain arrêt le Bronx, traduit par Sika Fakambi, L’Arche, 2019

Rebecca Elson, Devant l’immense, traduit par Sika Fakambi, L’Arbre de Diane, 2020

Autres références

Tiphaine Samoyault, Traduction et violence, Seuil, 2020

Henri Meschonnic, Poétique du traduire, Verdier, Lagrasse, 1999

Laure Bataillon, Traduire, Ecrire, Arcane 17, 1991.

Entretien de Markowicz par Delphine Descaves http://oeil.electrique.free.fr/article.php?numero=14&articleid=91

Les travaux de Francine Kaufmann sur Andé Chouraqui : https://akadem.org/sommaire/colloques/andre-chouraqui-les-mots-et-l-action/andre-chouraqui-et-la-bible-la-traduction-infinie-18-10-2017-12474_4137.php 

Issa Makhlouf sur France Culture https://www.franceculture.fr/emissions/ca-rime-quoi/issa-makhlouf-pour-lettre-aux-deux-soeurs-et-mirages 

Antoine Berman, La traduction ou la lettre

Lawrence Venuti, The Translator’s Invisibility. A History of Translation.


CRÉDITS
Parler comme jamais est un podcast de Binge Audio animé par Laélia Véron avec la collaboration scientifique de Maria Candea, enseignante-chercheuse à l’université de Paris 3 et réalisé en partenariat avec les Éditions Le Robert. Cet épisode a été enregistré en avril 2021 dans les studios de Binge Audio à Paris. Réalisation : Adel Ittel El Madani. Générique : Thomas Oger. Coordination de production et édition : Sirine Azouaoui. Identité sonore Binge Audio : Jean-Benoît Dunckel (musique) et Bonnie El Bokeili (voix). Identité graphique : Sébastien Brothier (Upian). Direction des programmes : Joël Ronez. Direction de la rédaction : David Carzon. Direction générale : Gabrielle Boeri-Charles.